Le lobby apicole nous enfume

Partager sur : TwitterFacebook

Le lobby apicole menace de saisir la justice contre le Ministère de l’agriculture sous prétexte que celui-ci ne tiendrait pas compte de « l’expertise apicole » pour établir la liste des cultures qui ne sont pas considérées comme attractives pour les abeilles ou d’autres pollinisateurs.

Allez, et si on remettait en cause cette fameuse expertise apicole ? Car il y aurait de quoi. Tiens lisons l’éditorial de la revue Abeilles de France de l’UNAF (un des membres du lobby apicole donc) publié en février 2022 par Franck Aletru, signataire de la dite menace au gouvernement. Celui-ci dénonce les causes de la surmortalité des abeilles en les classant par ordre d’impact :

  1. « L’agrochimie et les pesticides »
  2. Le Varroa (parasite)
  3. Le frelon asiatique
  4. Le vol de ruches.

C’est toujours pratique de parler de « l’agrochimie et des pesticides ». Passons sur le fait que ça frôle le complotisme. Ce qui est intéressant, c’est qu’il fait un amalgame entre les insecticides, fongicides, herbicides… qui n’ont pas le même mode d’action… Pratique pour rester dans le flou et pour toujours crier au loup. Car quand il y a le flou, y a un loup !

En réalité, quand on lit les auteurs scientifiques, ben ils ne nous donnent par ce quarté.

Pour eux, les causes de la surmortalité des petites butineuses sont :

  • Le varroa qualifié de « pire ennemi de l’abeille » comme le rappellent les apiculteurs eux-mêmes
  • Le nosema (maladie)
  • L’IAPV  (paralysie des abeilles)         
  • Et enfin les acaricides antivarroa utilisés par… les apiculteurs. En clair, les apiculteurs eux-mêmes flinguent leurs propres ruches avec de mauvaises pratiques. Faudrait peut-être que les syndicats apicoles renforcent la formation des apiculteurs ? Mais chut y faut pas le dire.

7 commentaires sur “Le lobby apicole nous enfume

  1. Et vous oubliez une des principale cause du problème des abeilles en France qu’il faut osé dire :
    L’incompétence d’une grosse partie des apiculteurs amateurs incapable de gérer comme il se doit ces élevage hyper intensifs que sont les ruches d’aujourd hui (25 à 35 000 abeilles par ruche) . La France n’a que 6% d’apiculteurs professionnels ( oui il y a de bons amateurs aussi )
    Il y a plus de dégâts du à la famine dans les ruches que du à la mauvaise utilisation de pesticides y compris par les apiculteurs eux même!
    Des éleveurs qui font/laissent crever leurs élevages de faim !!!!!!!!!
    C’est le vrai scandale de l’apiculture qui était apparu dans les enquêtes mises sous le tapis par la Royale Ségolène faites par la DGAL de 2014 à 2017 lancé par Le Foll.
    Les résultat avaient fuités quand même et la honte revient a l’apiculture française incapable d’accepter et régler ce problème!
    les premiers pays producteurs de miel sont la chine suivie de l’Ukraine qui n’ont pas du tout les même règles de sécurité que nous et utilisent même les néonicotinoïdes. Ne pas s’occuper du vrai pb en France et ce cacher derrière de faux coupables ne ressoudra rien et devient à ce niveau de déni plus que minable . Et Mr Aletru connais les vérités ce qui est pitoyable de sa part !

  2. Un ami apiculteur m’a fait part d’un autre problème: il se vend sur internet des reines de diverses origines.
    On en trouve de tous les pays, Chili, Chine, Inde, etc..
    Il est à peu près certain que les variétés qui sont ainsi vendues ne sont pas toutes adaptées à nos climats…
    L’abeille d’origine « du pays » n’est quasiment plus présente dans les ruches en France.

  3. Bonjour. Quand vous mentionnez « les scientifiques », qui évoquez-vous ?
    J’aimerais connaître la source, avant de répercuter cette information dans mon réseau.
    Merci d’avance !

  4. Bonjour
    Si il est vrai que la plupart des fongicides et herbicides ne sont pas (trop) toxiques pour les abeilles, c’est différent dans le cas des insecticides. Selon un article datant de 2016 de Libération (je met le lien a la fin de mon message), « les néonicotinoïdes massacrent les «nuisibles» qu’ils visent, mais aussi les pollinisateurs (ils sont jusqu’à 10 000 fois plus toxiques pour les abeilles que le très décrié DDT), la faune du sol, de l’air et des rivières. » Une affirmation au moins est exacte (et personne ne peut le nier) : les néonicotinoïdes sont beaucoup plus toxiques pour les abeilles que le DDT (y compris en prenant en compte le fait que les néonicotinoïdes sont utilisés à des doses beaucoup plus faibles que le DDT). Certains pesticides (insecticides, pour être précis) sont donc très dangereux pour les abeilles. Certes, un pesticide n’est pas forcément dangereux parce que c’est un pesticide. Ce qui ne veut pas dire que certains pesticides ne sont pas dangereux… (De plus, il ne faut pas non plus tomber dans l’extrémisme anti-agriculture bio : ainsi, quand la toxicité de la roténone est évoquée, c’est souvent pour dire que parce que un pesticide bio est toxique, tous les pesticides bio sont toxiques ce qui est aussi faux que de dire que tous les pesticides de synthèse sont toxiques parce que ce sont des pesticides de synthèse, de plus l’étude qui a confirmé la toxicité de la roténone a également confirmé celle du paraquat, un herbicide de synthèse, je rappelle que cette étude montre que la roténone et le paraquat peuvent provoquer la maladie de Parkinson, ce qui ne veut pas dire que l’on va attraper a coup sûr la maladie de Parkinson en s’exposant a ces deux pesticides, si les précautions d’emploi sont respectées, le paraquat, et encore moins la roténone, ont tous deux peu de chance de provoquer la maladie de Parkinson, toutefois le paraquat est extrêmement toxique, beaucoup plus en tout cas que la roténone. Rappelons également que la roténone est interdite dans l’UE depuis 2008, avec des dérogations jusqu’en 2011 en France, qui impliquaient la protection nécessaire pour les utilisateurs professionnels pour éviter tout risque de toxicité, tout comme le paraquat qui a été interdit dans l’UE en 2007.)
    Lien vers l’article de Libération : https://www-liberation-fr.cdn.ampproject.org/v/s/www.liberation.fr/futurs/2016/05/09/neonicotinoides-un-debat-empoisonne_1451517/?amp_gsa=1&amp_js_v=a9&outputType=amp&usqp=mq331AQKKAFQArABIIACAw%3D%3D#amp_tf=Source%C2%A0%3A%20%251%24s&aoh=16550531875302&referrer=https%3A%2F%2Fwww.google.com&ampshare=https%3A%2F%2Fwww.liberation.fr%2Ffuturs%2F2016%2F05%2F09%2Fneonicotinoides-un-debat-empoisonne_1451517%2F

    1. neonic plus toxique que le DDT ! Oui et alors ? le DDT n’a jamais été retiré pour ses pb de toxicité vis à vis des abeille ! Déjà à l’époque il y avait les antis qui mélangeaient tout par bêtises pure ou incompétence total , mais le DDT n’a jamais été « condamné » pour ses risques abeille !
      Pour aller dans le sens de votre démonstration on peu aussi dire que les néonic sont plus dangereux pour les abeilles que l’eau ! Oui c’est idiot comme comparaison, mais c’est du niveau de comparaison !
      Par contre les zozo qui veulent supprimer les néonic en traitement de semences en nous expliquant que se serait mieux pour l’environnement de faire des traitements en plein vous en pensez quoi ?
      Le top étant ceux qui nous disent qu’il faut utiliser les insecticides/pesticides bio par exemple!!
      On peu utiliser le spinosad qui est bien bio et très efficace mais seulement 1000 fois plus toxique en DL50 oral pour les abeilles que les néonic aussi !!!

      1. yann, je n’ai jamais dit qu’il fallait interdire les néonics (surtout que certains sont assez peu toxiques si il sont bien utilisés, par exemple l’acétamipride ou le thiaclopride. La clothianidine est le néonic le plus toxique, l’imidaclopride moins toxique que la clothianidine mais plus toxique que l’acétamipride et le thiaclopride. Quand au thiaméthoxame, il est assez peu toxique, mais il se métabolise en clothianidine), ni que le spinosad est inoffensif (je n’ai d’ailleurs pas parlé du spinosad). Je disais simplement que certains insecticides sont plus toxiques pour les abeilles que d’autres, je n’ai jamais dit qu’il fallait interdire quoi que ce soit. Le DDT est également toxique pour les abeilles, comme l’arsenic (notamment l’arséniate de plomb, abandonné en raison de sa forte toxicité, comme tout les autres pesticides à base d’arsenic… En Europe du moins, car des pesticides contenant de l’arsenic sont toujours autorisés dans certains pays, comme par exemple les États-Unis), les néonics, le spinosad, etc. Donc oui, le DDT est bien toxique pour les abeilles, et est interdit dans ses usages agricoles, c’est à dire là où il posait des problèmes. Contrairement à une légende assez répandue, le DDT dans son usage utile (lutte contre le paludisme) n’a jamais été interdit (certains souhaitaient bien sûr son interdiction, mais ne sont pas arrivés à leurs fins). En résumé : 1. Je n’ai jamais dit qu’il fallait interdire quoi que soit 2. Je n’ai pas parlé du spinosad, et bien sûr que le spinosad est très toxique pour les abeilles 3. Le DDT est bien toxique pour les abeilles, mais tout dépend de son utilisation (comme tout pesticide).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.