Barbecue : les mauvais combats de Sandrine Rousseau et de ses épigones

Partager sur : TwitterFacebook

Sur-présente médiatiquement depuis sa course perdue à la primaire écologiste, la féministe Sandrine Rousseau est désormais un personnage incontournable du paysage politique français. Elue députée de Paris en juin 2022, elle se distingue par sa faculté à lancer des propositions ou plutôt des anathèmes censés régler les problèmes climatiques (réels) et de relations entre les femmes et les hommes (fantasmés). La dernière victime en date n’est autre que le barbecue accusé d’être un « symbole de virilité ». Une déclaration à l’emporte-pièce qui s’attaque à des problèmes imaginaires pour mieux occulter des enjeux autrement plus graves.

Avec 76 % des Français qui possèdent un barbecue ou un plancha, il est peu de dire que cette habitude alimentaire est entrée dans les mœurs. Associé aux beaux jours et à la convivialité, le barbecue est pourtant devenu en quelques jours un ennemi à abattre pour les tenants d’un féminisme exacerbé. En effet, il serait le « symbole » d’une « virilité » à combattre à tout prix. Être viril est malsain selon certaines et manger de la viande en serait un des attributs. Comme si faire un barbecue en famille ou entre amis étant réservé aux seuls hommes… 

L’attaque de Sandrine Rousseau relayée par d’autres féministes comme Clémentine Autin ne semble pas pouvoir aider leur cause, mais cache surtout un problème bien réel celui-là : la très faible, voire l’absence de consommation de viande pour en partie des Français pour des motifs pécuniers. La viande est, en effet, un produit que ne peuvent pas s’offrir les personnes aux revenus les plus modestes. Devenir végétarien est un choix. L’être par défaut relève de problématiques économiques et sociales qui devraient pourtant interpeller les élus de gauche.

Fabien Roussel, chef de fil du Parti communiste relève le niveau et explique que l’« on mange de la viande en fonction de ce que l’on a dans le porte-monnaie, et pas en fonction de ce qu’on a dans sa culotte ou dans son slip ». Du bon sens et une compréhension des véritables enjeux beaucoup plus aiguisée que chez Sandrine Rousseau et ses épigones. Pourtant, ces derniers avaient tout loisir de comprendre que l’accès à la viande reste un véritable enjeu pour les plus pauvres que compte notre pays. Depuis la crise de 2008, les alertes se multiplient concernant des vols de produits alimentaires à commencer par la viande. Les hérauts médiatiques d’extrême gauche oublieraient-ils d’aller à la rencontre des Français et de s’informer ?

Pour rappel, la viande doit faire partie d’un régime équilibré et devrait être accessible à tous. Imposer les menus 100 % végétariens dans les cantines scolaires constitue là encore une attaque troublante contre les enfants des familles les plus précaires.

Les Français sont raisonnables, car 98 % continuent de manger de la viande malgré les injonctions politiciennes de quelques-uns. La consommation est restée stable entre 2007 et 2018), mais la consommation de viande bovine a baissé de 12 % au profit des viandes blanches. Une évolution qui illustre l’attention des Français pour leur régime alimentaire sans tomber dans des excès très politiciens. Le politique doit s’intéresser à ce qui se trouve dans l’assiette des Français pour des raisons de santé publique et non pour des théories du genre stériles. Le Programme national de nutrition santé (PNNS) et les nombreux contrôles de respect des normes et de qualité font partie de cette panoplie au service du grand public. Laissons les Français s’alimenter en étant informés et protégés sans leur dicter des régimes et les abreuver de contre-vérités.

3 commentaires sur “Barbecue : les mauvais combats de Sandrine Rousseau et de ses épigones

  1. Autre exploit de Sandrine Rousseau.
    https://streamable.com/6wtjtw
    Attention mesdames et messieurs, il va vous être asséné que :
    -La science du XVIIIéme et du XIXéme a été très inspirée par les travaux de Darwin.
    -Darwin nous dit que seuls les mâles les plus adaptés « ont le droit » à la reproduction.
    -Il y a eu un débat entre Ricardo et Smith (le premier de ces économistes n’ayant que douze ans à la mort du second)
    -Ricardo et Malthus ont été inspirés par les théories de Darwin (ils sont morts respectivement en 1823 et en 1834, en 1834 Darwin était au milieu de son expédition sur le Beagle et n’avait rien publié).
    Et tout cela en 1mn 48s. Cette dame, comme dirait Audiard, c’est une synthèse.
    Bonne rigolade

  2. Petite précision. Mme Rousseau pérorait à l’Université Catholique de Louvain et elle a aussi déliré sur les sorcières au Moyen Age ce qui a fâché quelques historiens.
    Personnellement, je n’aurais jamais imaginé qu’une économiste, même de quinzième catégorie et de série Z, puisse faire de tels anachronismes dans sa propre discipline
    Mais que vous ayez pleuré de rire ou de désespoir devant la vidéo, n’oubliez pas que son ignorance et ses imbécilités ne diminuent pas son pouvoir de nuisance, bien au contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.