Greenpeace nouveau lobbyste en chef du charbon ?

Partager sur : TwitterFacebook

On connaissait Greenpeace pourfendeur infatigable du nucléaire. On connaissait Greenpeace amoureux transi des énergies dites « renouvelables ». Désormais, on découvre Greenpeace dans les habits de promoteur du charbon. En effet, l’expert énergie de Greenpeace en Allemagne a cru bon de déclarer le 29 août dernier : « Il est amer, mais inévitable que les centrales à charbon déjà arrêtées en Allemagne soient remises en service ». Rouvrir les centrales à charbon pour « s’affranchir de la dépendance aux livraisons de gaz » au plus vite. Telle est l’idée lumineuse de l’ONG. Vouloir se passer du gaz russe est une bonne chose, mais Greenpeace oublie au passage sa raison d’être et ses années de militantisme pouvant aller jusqu’au fanatisme.

Le charbon est l’énergie fossile la plus polluante – et de loin. En effet, le charbon émet 1 123 kg de CO2 par tonne équivalent pétrole. Le pétrole et le gaz naturel suivent avec respectivement 830 kg et 651 kg par tonne. Le charbon est donc bien l’épouvantail des écologistes et de la lutte contre le réchauffement climatique et pourtant Greenpeace appelle à y recourir encore plus outre-Rhin. Renforcer la place du charbon est d’autant plus curieux que cette énergie représente déjà 31,5 % de l’électricité produite en Allemagne au cours du premier semestre. Une part qui ne fait que s’accroître malgré les discours appelant à une plus grande prise en compte des problématiques écologiques.

Si Greenpeace fait la courte échelle au charbon en prétendant couper l’herbe sous le pied du régime russe, c’est parce que la solution la plus naturelle et efficace se trouve plus encore en dehors du spectre de l’ONG environnementaliste. L’ADN de Greenpeace est la lutte à mort contre le nucléaire. L’atome n’est donc pas une alternative au gaz russe bien que ce soit l’énergie la moins émettrice de CO2 (19 kg par tonne équivalent pétrole) devançant largement l’éolien (32 kg) et le photovoltaïque (316 kg). Pour des raisons qui échappent à l’entendement, une ONG se présentant comme en pointe dans la défense de l’environnement mène de coûteuses opérations de lobbying contre l’énergie la plus propre au monde et fait désormais le service après-vente de l’énergie la plus polluante…

Ce positionnement schizophrénique fait des vagues et Greenpeace a tenté de circonscrire l’incendie médiatique en affirmant que sa branche allemande « ne souhaite pas la réouverture des centrales à charbon (…) Ce n’est ni un soutien, ni un blanc-seing » au charbon. Il faudrait absolument éviter toute coupure hivernale et ce quelqu’un soit le prix pour Greenpeace. Un discours indigne d’une ONG écologiste qui en rajoute une couche en étrillant une fois de plus le nucléaire dans son texte servant de justification et de piètre absolution.

Le média Reporterre, passe-plats de l’ONG trouve un autre argument en soulignant qu’il « faut pallier les défaillances du parc nucléaire français ». Trop heureuse de pouvoir compter sur l’atome français, l’Allemagne se trouve dépourvue quand son voisin ne peut plus lui exporter ses mégawattheures. Si Berlin n’avait pas jugé bon de suivre les injonctions de Greenpeace, ses centrales nucléaires seraient encore en nombre suffisant pour répondre à l’ensemble des besoins. En passant de 17 à 3 centrales nucléaires en l’espace de dix ans, l’Allemagne a montré la voie à ne surtout pas suivre. Oui, mais on vous dit que le nucléaire est le mal absolu ! L’Allemagne va donc continuer à user et abuser de charbon avec l’assentiment de Greenpeace. Une absurdité coupable alors que le charbon tue 23 000 personnes chaque année en Europe. Une réalité qui échappe certainement encore à Greenpeace.

Un commentaire sur “Greenpeace nouveau lobbyste en chef du charbon ?

  1. Les données d’émission de CO2 du charbon allemand sont très sous-estimées. Elles sont établies pour du charbon de bonne qualité. Mais les 2/3 de l’électricité-charbon sont produits par du lignite, charbon de très mauvaise qualité et émettant beaucoup plus de CO2 par kWh produit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *