Carmargue : face à la concurrence étrangère, les cultivateurs riz jaune

Partager sur : TwitterFacebook

Malgré 12 000 hectares de riz en Camargue, la production n’a jamais été aussi faible en trente ans, alerte France 2 dans son JT de 20h du jeudi 22 juillet. La faute aux mauvaises herbes contre lesquelles nos producteurs français ont moins le droit de lutter aux moyens de phytos, trois fois moins que les voisins espagnols ou italiens pour être précis. « On est dans un univers impitoyable où si on n’est pas compétitif, on disparaît », rappelle Bertrand Mazel, président du syndicat des riziculteurs de Camargue où la culture du riz fait vivre plus de 150 exploitations. Pour faire croire à l’existence d’un débat chez ceux-ci, France Télévisions est allé dégoté un producteur bio, Bernard Poujol, qui commence à faire pousser son riz hors d’eau afin de le protéger de certaines mauvaises herbes, pour le vendre au final 2 500 euros la tonne (contre 350 euros pour le conventionnel). C’est le consommateur (aisé ?) qui paye joyeusement la différence (réduite au double grâce à la vente directe au consommateur), tout cela pour permettre à son exploitation de réaliser 10 000 euros… de chiffre d’affaires annuel. Je me demande combien d’urbains indépendants sont heureux de se limiter à 10 000 euros de chiffre d’affaires annuel. Il y en a forcément, mais toute la société ne peut pas s’aligner sur ces doux rêveurs. Notamment les Français qui ont une famille à nourrir.

On vous laisse constater :

5 commentaires sur “Carmargue : face à la concurrence étrangère, les cultivateurs riz jaune

  1. Le narratif, c’est « qu’une autre agriculture est possible » avec pour l’appuyer, cet exemple, impossible à transposer.

    C’est presque exactement ce que j’ai entendu le WE dernier, à un repas familial.

    mais quand je vois une de mes connaissances du voisinage qui s’est lancé dans la permaculture et la production de légumes « bio » (avec certification?), qui se bat cette année contre les « mauvaises herbes » (ben tiens, on découvre que la concurrence entre plantes, c’est pas forcément une synergie) et surtout contre le mildiou, la réalité est rude parfois.

  2. 2500 € l’ha et 4 tonnes/ha = 10 000 € de CA pour 1 ha. Le reportage parle d’une exploitation de 20 ha. Combien sont exploités en riz ?

    1. Cela date de 2017:

      « Les riziculteurs de Camargue qui ont choisi de produire en agriculture biologique sont obligés de faire des rotations de culture sur leurs terres. La tonne de riz bio leur est payée entre 750 et 800€ contre 300 € la tonne pour du riz conventionnel. Une bonne opération, mais qu’ils ne réalisent qu’une année sur quatre. « Les autres années nous produisons du blé tendre, du blé dur, du tournesol, de la luzerne, des tomates, ou du melon » précise Marc Thomas qui est prêt à accompagner les céréaliers de Camargue dans la conversion à l’agriculture biologique. « Si un agriculteur veut se convertir en bio on le suit. Mais avant de se lancer, il faut voir si les terres sont capables de faire la rotation. C’est beaucoup plus difficile dans des terres qui connaissent des remontées de sel importantes ».

      https://www.laprovence.com/article/edition-arles/4523510/la-societe-thomas-investit-dans-la-filiere-du-riz-bio.html

      De 2013:

      « Le seuil de rentabilité du riz biologique se situe autour de 30 q/ha. d’après les études réalisées dans le cadre de Cebio- ca, 20% des parcelles ne dépassent pas 20 q/ha, 25% se situent entre 20 et 40 q/ha tandis que 35% se trouvent entre 40 et 60 q/ha. »

      https://abiodoc.docressources.fr/doc_num.php?explnum_id=1824#:~:text=Le%20seuil%20de%20rentabilit%C3%A9%20du,autour%20de%2030%20q%2Fha.&text=d%27apr%C3%A8s%20les%20%C3%A9tudes%20r%C3%A9alis%C3%A9es,40%20et%2060%20q%2Fha.

      Il me semble qu’il y dans ce ‘reportage’ une grosse malhonnêteté intellectuelle: si j’ai bien compris, le gars fait de la vente directe (entre autres). Les 2500 €/t (2,5 €/kg), c’est — ou ce serait — après toutes les opérations de décorticage, etc. Et est-ce sur le paddy ou le riz prêt à consommer?

  3. Le gars cultive en Bio 20 ha et il a seulement 10 000 € de CA, avec 2500 € la tonne vendue ?
    Donc il fait seulement 4 tonnes sur 20 ha. Soit 2 quintal à l’hectare !!! C’est plus que tordu !!! Il y a de l’escroquerie dans l’air !!!
    Ou alors, il fait 10 000 € de CA / ha. Soit 4 tonnes de riz par ha. Donc 40 quintaux !!! La c’est normal.
    Le riz est vendu 6€/kg.
    heu… 6€/kg chez moi cela fait 6000 € la tonne !!!

    Entièrement d’accord avec Seppi :il y a une grosse manipulation journalistique !!!

Répondre à Seppi Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *