Ce qui est bien avec Fabrice Nicolino, c’est qu’il n’aime pas l’outrance…

Partager sur : TwitterFacebook

On croyait son expression quasiment réduite au même niveau que son association « Nous voulons des coquelicots », c’est-à-dire au néant. Mais non, Fabrice Nicolino réapparaît parfois avec sa plume outrancière. Et les années passant, notre « journaliste » poursuit ses analyses à coup de gros rouge qui tache.

Que vaut cette fois-ci son indignation ? La déclaration d’un patron de l’agrochimie affirmant simplement que si l’on fait du bio sur toute la planète, c’est la famine assurée sur de larges zones géographiques mondiales. Des propos aussi évidents que de dire que le soleil brille ou que la terre est ronde. Mais c’en est trop pour notre Fabrice Nicolino, remettre en cause le bio (pardon, « la bio »), quel sacrilège !  Certains pays (peut être trop lointains pour Fabrice Nicolino) se sont mis au 100 % bio, on a vu le résultat : crise économique grave, émeutes, instabilité politique. Quant à l’Europe, cela a été moults fois prouvé ces derniers mois, le 25 % bio reviendrait à importer massivement nos denrées alimentaires. Et ne parlons pas du 100 % bio souhaité par Fabrice Nicolino cultivé par son million de nouveaux paysans recrutés sur les bords des routes.

Ce bio, ô grand désespoir pour ses acolytes du lobby du bio en France, ne fait plus recette. Une crise structurelle « sentie » depuis des années par les acteurs du secteur. Trop cher, bénéfices santé nuls, peu importe pour Fabrice Nicolino,  il s’agit d’une épiphénomène dont se servirait la « structure paratotalitaire » (sic !) regroupant grosso modo la FNSEA et le gouvernement. Une vision complotiste qui n’a rien à envier à celle des antivax les plus extrêmes. Attention quand même, notre chroniqueur prend certaines précautions de langage ! Il précise « pour les malentendants que « para » signifie ici « presque ». Je sais établir des différences ». Ha bon, merci de le rappeler !

La FNSEA, décidément objet de fixation ou obsession permanente pour Fabrice Nicolino, est enfin accusée de vouloir instaurer un « système fou ». L’objet de l’accusation : vouloir cultiver pour une saison 4 % de jachères en l’absence de production ukrainienne « pour vendre plus de pesticides ». Tout cela est parfaitement vrai, puisque c’est Fabrice Nicolino qui l’écrit…

4 commentaires sur “Ce qui est bien avec Fabrice Nicolino, c’est qu’il n’aime pas l’outrance…

  1. Nicolino est un illuminé. Il pense avoir désormais tous les droits, étant victime personnellement (attentat contre Charlie) et il ne tolère aucune contradiction. Il doit aspirer à la béatification de l’écologisme.
    Personnellement, il me semble qu’il faut contrer ses arguments et ses outrances, sans lui donner une importance qu’il n’a pas.
    Sa présence auprès des Veillerette et consorts, et du « bio » sponsorisé par Carrefour, Auchan, devrait être davantage soulignée à toute occasion, pour lui mettre le nez dans ses contradictions. De même que les pratiques des Thénardiers du « bio » adeptes du travail gratuit (« whoofing » si sympa !) et de l’endoctrinement politique nihiliste des activistes de l’écologisme.
    Courage et succès à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.