8 commentaires sur “Le grand n’importe quoi du retour « au naturel »

  1. A-t-on des preuves scientifiquement établies de l’intérêt réel de ces produits rapporté à leur efficience ?
    Si cette dernière n’est que suggérée, alors Mesdames, je dirais que l’on va tout simplement vous faire baver… d’envie de jouvence éternelle.
    Au fait… Quelle est la proportion de la bave des gastéropodes « bio » dans le produit « naturel » final commercialisé ?
    L’industrie cosmétique, quand elle dépasse les bornes, il n’y a plus de limite.

    1. voici la formule :
      Formule INCI : aqua ; caprylic/capric triglyceride ; glycerin ; ethylhexyl methoxycinnamate ; titanium dioxide ; aluminum starch octenylsuccinate , benzophenone-3 ; cetearyl ethylhexanoate ; ci77891 ; cetearyl alcohol ; glyceryl stearate ; arachidyl alcohol ; snail secretion filtrate ; glycyrrhiza glaba root extract ; sodium hyalluronate ; allantoin ; tocopheryl acetate ; behenyl alcohol ; arachidyl glucoside ; carbomer ; disodium edta ; triethanolamine; cetyl phosphate ; xanthan gum ; cetearyl glucoside ; tropolone ; caprylyl glycol ; 1.2-hexanediol ; sodium benzoate ; potassium sorbate ; bht ; parfum ; linalool ; hexyl cinnamal ; eugenol ; citronellol ; citral ; butylphenyl methylpropional ; benzyl salicylate ; ci 77491 ; ci 77499 ; ci 77492

      que du « naturel » !!

      1. Titanium oxyde… Nano-particules… Super la contradiction des écolos !!!
        Aucune connaissance en science !

  2. C’est parce que l’encre d’imprimerie avait tendance à s’étaler sur la page d’un journal, qu’en argot, celui-ci avait été jadis appelé… un « baveux ».
    De nos jours, l’usage par les dames (voire les messieurs ?) de crème contenant de la bave (d’escargot) à étaler sur leur peau, n’autorisera pas pour autant l’emploi, à leur encontre, du mot inélégant et très connoté misogyne de… « baveuse ». 😉
    __________

    N. B. : En argot, baveux =
    1 – journal
    2 – avocat ; également appelé « bavard ».

  3. Avec un prix de 200 à 500 € /litre de bave d’escargot c’est un bon filon!( je suppose car je ne connais pas le prix de revient)
    Le réglisse étant considéré comme un médicament ( avec d’ailleurs risques tension artérielle, œdème …) les autorités devraient demander de faire un certain nombre d’études

    1. Etudes, oui, mais seulement pas des labos indépendants. Sélaralini par exemple.

  4. Tout ceci me rappelle l’histoire du Tabac Bio…
    Car finalement c’est prouver que fumer Bio donne des cancers Bio !!!

Les commentaires sont fermés.