17 commentaires sur “Le bio toujours plus cher

  1. Le bio coute très très cher, après les 50 morts de germes contaminés en Allemagne, ceux de la bonne ville de Bègles , maintenant ceux du west nile en amérique:

    Des officiels fédéraux américains de la santé ont déclaré mercredi que le nombre d’infections au virus du Nil occidental avait augmenté de 40% au cours de la dernière semaine, portant le bilan de décès à 66 depuis le début de l’année.
    Selon les nouveaux chiffres annoncés dans un point de presse téléphonique par les centres américains de contrôle et de prévention de maladies, 48 états américains ont rapporté mardi 1 590 infections humaines, dont 66 décès. Ces chiffres représentent une augmentation de 42% du nombre de cas et de 61% du nombre de décès en une semaine.

    Le nombre d’infections humaines a également atteint un maximum hebdomadaire au cours de la dernière semaine d’août depuis l’apparition du virus aux Etats-Unis en 1999, a indiqué le centre.

    Pour ce qui est des chiffres annuels, 9 862 cas d’infections au virus du Nil occidental ont été rapportés en 2003 à travers le pays tandis qu’en 2002, 4 100 cas ont été détectés, et plus de 260 décès ont été enregistrés.

    Le docteur Lyle Petersen, directeur du centre, a mentionné que les chiffres de cette année continueraient de monter.

    Plus de 70% des cas ont été rapportés dans six Etats, soit le Texas, le Dakota du Sud, le Mississippi, l’Oklahoma, la Louisiane et le Michigan. Le Texas a été l’Etat le plus touché, avec 45% des infections enregistrées à travers le pays et 31 décès.

    En se fiant à leur expérience, les responsables fédéraux de la santé ne s’attendent pas à ce que l’ouragan Isaac, rétrogradée au statut de tempête tropicale mercredi en après-midi, ait un impact majeur sur la vague du virus.

    Le virus occidental du Nil est une maladie provenant des moustiques et qui se manifeste dans les régions tempérées et tropicales. Elle peut mener à de sérieux troubles neurologiques dans certains cas, et ses symptômes incluent des attaques de fièvre soudaines, des maux de tête, des nausées, des vertiges et un affaiblissement des muscles.

    Noter que les culex sont aussi présents en France.

    Et pour lutter contre , des pyréthrinoides, pas dit dans l’article, évidemment.

    Des pesticides pulvérisés sur Manhattan pour éradiquer le virus du Nil occidental
    Les moustiques new-yorkais n’ont qu’à bien se tenir. les quartiers chics de l’ouest de Manhattan vont être aspergés de pesticides dans le but de tuer les moustiques porteurs du virus du Nil occidental, rapporte NBC.

    Les autorités ont assuré qu’il n’y avait aucun risque pour la santé humaine mais les habitants des 58e jusqu’à la 97e rue, de Central Park à la West End Avenue, ont été invités à ne pas s’exposer aux pulvérisations, en particulier les enfants et les femmes enceintes. Le produit utilisé, l’Anvil, est un insecticide courant contenu dans des produits domestiques et dans les antipuces pour animaux domestiques. Une brève exposition à des taux élevés d’Anvil peuvent affecter le système nerveux, précise la mairie de New York, mais les concentrations faibles utilisées pour tuer les moustiques ne seraient pas susceptibles de provoquer des troubles de la santé humaine.

    Ses symptômes, du virus, peuvent faire croire à une simple grippe: fièvre, maux de tête, courbatures, mais le virus peut entraîner des méningites, des encéphalites voire des paralysies. Dans certains cas, il peut être mortel.

    1. Dans l’affaire des germes de fenugrec bio et tueurs, Noël Mamère s’est montré particulièrement odieux, mais il n’y a pas eu de morts à Bègles, seulement des malades.

  2. sauf que l’article du figaro « oublie » de recopier la fin de la phrase de famille rurale qui est :

    Les produits bio sont plus chers que les conventionnels (62% plus chers pour les fruits bio et 75% pour les légumes bio) mais un écart qui se resserre (85 % pour 2011).

    donc l’étude dit simplement le contraire du titre de cette article qui n’est d’ailleurs pas signer….

    Les produits bio reste chère certes mais leur écart baisse donc….

    mais ne vous inquiéter pas les vont baisser, car ils il a de plus en plus d’agriculteur plus 12,3%, plus d’hectare plus un million et la consommation continue aussi….

    malgré les battons dans les roues le chariot bio avance….. et aller voir cher nos voisin comment cela se passe, la france est au 19e rang européen des producteurs bio

    pour un phénomène de mode il dure dit donc…

    source :

    https://docs.google.com/viewer?a=v&q=cache:x8ZPDkSbMEAJ:www.agencebio.org/upload/actu/fichier/DP_BIO_conf190511DEF.pdf+&hl=fr&gl=fr&pid=bl&srcid=ADGEESiVS_ePoHMQ99N3RI-5gH9rWT2eW2EgUX5lHSqHaerHvbHjCLdXRQUiv27tftHuxB0-GcjHiIT5jugl6OEzXclx-aj49oam-fihB0Fplq2v6Tdb1UCm8uKlFuLi6wWxHzB_2nba&sig=AHIEtbQcqpyT7z5G6b-s74ciFu_bP20MlQ

    1. l’écart se resserre parce que cette année le climat a fait monter les prix du conventionnel…

        1. Sauf que le client n’aurait pas forcément était capable de suivre une nouvelle pirouette de prix…

  3. D’abord Le Figaro n’a pas occulté que selon Famille rurale l’écart diminuait : Familles rurales note en revanche un fléchissement des prix des fruits bio

    Ensuite on peut se demander fort légitimement si la légère diminution de l’écart ne provient pas de l’augmentation des importations en provenance des pays à faible coût de main-d’œuvre. Tout le monde sait, sauf peut-être les bionimenteurs, que l’agriculture bio est beaucoup plus coûteuse en main-d’œuvre que l’agriculture conventionnelle.

  4. Le chariot avance en effet, et la métaphore du chariot est assez pertinente. Où sont « les battons dans les roues » ? Toujours cette mentalité de défenseur d’une forteresse assiégée. La réalité est que l’agribio a bénéficié d’un formidable coup de pouce des instances gouvernementales. La hausse impressionnante des conversions s’explique en partie par un effet d’aubaine.

    Il faut être particulièrement convaincu (pour rester poli) pour conclure que « les produits bio reste chère certes mais leur écart baisse donc » sur la base de statistiques (établies sur quelle base ?) de deux années successives.

    Voici ce qu’écrivait Familles rurales dans son observatoire des prix des fruits et légumes, été 2011 :

    « Les produits bio sont nettement plus chers que les conventionnels (88% plus chers pour les fruits bio et 86% pour les légumes bio) (un écart en hausse: 70% en 2010). »

    Mais c’est peut-être vrai que les prix baissent : une très grande partie des produits est importée de pays à bas coûts qui font de la « bio » productiviste.

    Selon l’Agence Bio, « Fin 2010, la Bio représentait 3% de la SAU* totale en France, 4% des exploitations et 2% du marché alimentaire, avec des différences fortes selon les secteurs de produits. »

    La comparaison de ces chiffres est édifiante.

  5. Avis aux consommateurs de lentillons de Champagne:

    En bio,cette année la production est nulle, par contre un de mes collègues en a récolté une tonne mais avec  » 2 fongicides en végétation » !!!.
    Des parisiens lui en ont acheté déjà plus de 100 kg et ce n’est pas fini.

    Par les temps qui courent, le bio devrait être interdit !!!

    1. Interdit, certes non. Mais pas plus subventionné que l’agriculture conventionnelle, oui. C’est un gaspillage de fonds publiques, gaspillage rendu par la crise de la dette d’autant plus inadmissible.

    2. Je considère que le Bio qui a subit ne serait-ce qu’un seul traitement phytosanitaire (que se soit Cuivre ou produits conventionnels, ou tout autre substances actives) devrait être déclassé et vendu en Non-Bio.

      Sinon c’est une escroquerie totale pour le consommateur !!!

  6. 61 000 tonnes mais dont 13 000 tonnes de soufre et de cuivre, ce qu’oublient les bios, dont 13 000 tonnes de soufre et de cuivre, cuivre la plus terrible des substances actives pour l’environnement et pas clean pour l’homme et les animaux, oiseaux en particulier.

Les commentaires sont fermés.